Depuis un moment maintenant, le train de la hype de la réalité virtuelle s’est mis en marche, et je l’ai regardé partir sans moi. Il a même pris un nouvel élan la semaine dernière avec l’ouverture des pré commandes pour l’Oculus Rift qui a visiblement réussi son coup (je dis visiblement, car on sait juste que toutes les unités mises en vente sont parties, mais on ne sait pas combien, étaient justement en vente) malgré son prix, très, très élevé. Avant de vous dire pourquoi je n’accroche pas du tout à ce qui est présenté (et est d’un côté) une révolution, piqure de rappel.

LA REALITE VIRTUELLE, UNE TECHNOLOGIE PAS SI RECENTE

Si la réalité virtuelle (à ne pas confondre avec la réalité augmentée) est sur le point de débarquer et devenir une technologie accessible à (à peu près) tous, ses premiers pas, remontent aux années 60 avec « l’épée de Damoclès » qui doit son nom au bras mécanique qui devaient supporter le poids de l’engin qui permettait de visualiser des images de synthèse avec un suivi des mouvements de la tête de l’utilisateur. Mais c’est dans les années 90 que la réalité virtuelle franchira un premier palier. Avec notamment le Virtual Boy de Nintendo qui avait pour but de détourner les gamers des écrans et consoles classiques. Même s’il n’est pas un casque à proprement parler, il proposait des expériences de jeu en 3D et … En rouge et noir uniquement. Résultat, échec cuisant avec en plus l’arrivée dans le même temps des N64 et Playstation.

réalité virtuelle

RETOUR EN 2013

Si les principaux constructeurs de jeux vidéos ont tous, avec plus ou moins de succès, tentés d’apporter de la nouveauté dans notre façon de jouer (Kinect, PS Move, wiimote/Gamepad), les « hardcore gamers » (j’aimerais bien savoir qui ils sont ceux-là aussi tiens …) n’ont jamais été satisfaits, faisant pleuvoir les critiques et moqueries, forçant pour ainsi dire, l’abandon de ces technologies « pour les gamins ». Jusqu’en 2013 ou la société Oculus VR (depuis racheté par Facebook) présentait sur différents salons son Oculus Rift, offrant une vraie expérience de réalité virtuelle. Et là, c’est le déluge d’enthousiasme de la presse, qui contamine les joueurs.

MES PREMIERS DOUTES

Certes, l’expérience est sacrément originale et pique forcément la curiosité, mais je ne comprends absolument pas cet enthousiasme quasi-instantané. Comme je vous le dis dans mon article sur la 3D, un des principaux arguments contre cette technologie, est le port de lunettes, aussi légères soient-elles, alors que là, porter sur le nez un casque horriblement lourd couplé à un gros casque sur les oreilles ne dérange plus personne … Et les premières démos que je peux voir sur Internet, bien que pleine de promesses d’évolutions, sont archi moches et pas du tout intéressantes. Voir ces fameux « hardcore gamers » s’extasier sur une montagne russe aux graphismes de PS1, je ne comprenais pas. Mais malgré mes doutes plus que concrets, je gardais l’esprit ouvert, n’ayant jamais eu l’occasion de tester la bête. Et j’avoue que l’idée de certains jeux (jeux de courses, pilotage) couplés à la réalité virtuelle m’attirait clairement du côté obscur et je me laissais aller à un « pourquoi pas ».

réalité virtuelle

PUIS LES DOUTES SE CONFIRMENT

Alors avant tout, quand je dis « se confirment », c’est avant tout sur le plan personnel. Car l’année dernière, au Bordeaux Geek Festival, l’Oculus était présent sur deux stands. L’occasion enfin de me faire un avis personnel et concret sur la chose. Allez hop, j’enfile le casque, les écouteurs, et on est parti dans un de ces manèges qui tourne sur lui-même. J’ai fait 20 secondes et j’ai failli vomir tout ce que je pouvais. Déjà 1, les graphismes m’ont abîmés les yeux, et la contradiction dans mon cerveau entre le fait d’être debout immobile et la perception du manège qui bouge m’a complètement fait dérailler. J’ai donc testé le deuxième stand qui lui proposait les fameuses montagnes russes. Les graphismes sont toujours moches, mais ça paraît un peu mieux. Je m’assois dans le petit train et c’est parti. Et là, nouvelle déception. Ok, le suivi des mouvements de la tête est extra, ça, j’aime le concept, mais ensuite niveau « immersion » et bah bof bof. La sensation de vitesse était ultra moyenne et encore une fois, le manque de repère visuel m’a complètement perturbé. On ne voit pas son nez, pas ses mains, bref, encore une tentative non concluante. Mais au moins, j’ai essayé et j’ai pu me faire mon propre opinion. Et la technologie n’en était qu’à ses « débuts », vu les personnes et compagnies (samsung, sony, etc …) qui investissent dans cette voie, j’imagine que d’ici quelque temps, il y aura des rendus très convaincants et solides. Après cette expérience, en y réfléchissant, je me suis rendu compte que je ne suis en fait pas réfractaire à la technologie en elle-même (ce n’est peut-être juste pas fait pour moi, ou je suis devenu juste un vieux grincheux), ce qui me dérange, c’est l’utilisation de cette technologie.

LES DANGERS DE LA REALITE VIRTUELLE

Oui oui, je vous entends déjà dire « oui, c’est bien un vieux grincheux que tu es devenu, tu vas faire la morale, etc… » pas du tout… enfin, je vais essayer. Je suis gamer depuis que je suis tout petit et vous ne m’entendrez jamais dire que les jeux vidéos rendent violents, asocial ou tout autre synonyme. MAIS (évidemment) j’ai vraiment de grosses inquiétudes cette fois. Si, comme je l’ai dis, je ne rejette pas la technologie qui peut trouver des applications absolument géniales dans la médecine, l’aéronautique, l’armée, ce genre de chose, les dérives chez les « particuliers » m’ont l’air cette fois assez folles. On parle de réalité virtuelle. Avec un gros masque sur les yeux, et un gros casque sur les oreilles, qui va justement nous couper entièrement de la « vraie » réalité (bienvenue dans la matrice, vous voulez la pilule bleue ou la pilule rouge?). Les jeux vidéos actuels (sur nos bons vieux écrans » nous plongent dans un monde virtuel certes, mais la présence de « l’intermédiaire » écran fait que, quoi qu’il se passe, on est conscients du monde extérieur, des gens qui nous entoure. Ma vraie antipathie pour ces casques a commencé quand j’ai vu une vidéo dans un centre commercial où des démos étaient proposées aux gens. Certains, tellement pris de panique et de peur manquaient de tomber, avec derrière eux, des mecs hilares cherchant à peine à les retenir. Pourquoi ça m’a choqué, vous me direz, c’est l’effet recherché après tout. Et bien ce qui m’a dérangé, c’est que ces gens, qui avaient peur, ont oublié qu’il suffisait tout simplement d’enlever le masque pour que ça s’arrête et c’est pour moi là, le vrai danger. Un petit exemple vidéo pour que vous voyiez ce que je veux dire.

« Mais c’était juste des boulets ça va on est pas débiles » je suis sur qu’au moins une personne en lisant ça a eu cette pensée. Et c’est vrai, certains auront la capacité et le réflexe d’y penser. Mais au bout d’une, deux heures de jeu, plongé dans leur casque, coupé de quasiment tout contact sensoriel avec la vraie réalité, chez certaines personnes, j’ai peur que cette perception puisse, à la longue, être compliqué à gérer. De même, j’ai vu une autre vidéo où un jeune garçon avait reconstituer dans un programme un grand 8 existant réellement. Jusque là pas de problème, cool même au contraire puisque c’était même fait dans « l’espace ». Sauf qu’on le voit, dans le grand 8 réel, avec son casque sur les yeux pour le décor « spatial » … Encore une fois, oui on ne va pas emmener son Oculus partout mais il faut voir au delà de ça. Combien de personnes pourraient trouver le monde réel « chiant » alors qu’on peut recréer son propre monde, mettre son casque sur les yeux et aller se perdre dans le virtuel? Combien de personnes, se sentant un peu seul ou mis à l’écart dans le monde réel iront trouver refuge dans cette réalité virtuelle et finiront par s’y sentir finalement mieux? Sans parler de situations « problématiques » qu’il serait possible de vivre dans cette réalité virtuelle? Suicide, meurtre et j’en passe. Ok personne ne créera de scénario de ce type pour le grand public mais en sachant bidouiller un peu et si on touche l’informatique ça ne devrait pas être bien compliquer. Pour vous dire, rien qu’au test que j’ai pu faire de la réalité virtuelle au Bordeaux Geek Festival, le premier scénario que j’ai testé (le manège tournant sur lui même) à la fin de la démo, la personne du stand faisait appuyer sur le clavier pour « s’éjecter » du manège et aller s’écraser au sol quelques dizaines de mètres plus loin après une chute libre … Intéressant pour juste une démo …

Voilà pourquoi, au moins pour le moment, je ne pas suis pas du tout un adepte ou un enthousiaste de la réalité virtuelle qui pour moi devra être quelque chose surveiller de près. Je suis tout à fait conscient que c’est un avis personnel et que bon nombre de personnes ne le partageront pas. Je suis absolument ouvert au débat tant que le respect du point de vue de chacun est respecté 🙂 N’hésitez pas à me dire ici, ou sur Facebook ou Twitter ce que vous en pensez !

A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.